C’est rare qu’une musique donne envie de rire. Si l’on omet les chansons ouvertement parodiques et les textes bien ficelés, l’humour n’est pas monnaie courante dans la musique et quand il est présent, c’est généralement intentionnel. Dans le cas de Meridian Brothers, c’est la conséquence inattendue des divagations de l’esprit excentrique d’Eblis Álvarez. Meridian Brothers est initialement le projet d’un seul homme, et Álvarez l’utilise comme terrain de jeu pour ses expérimentations musicales les plus farfelues. Le colombien joue les savants fous en passant les harmonies latines traditionnelles dans ses alambics électroniques : il en résulte ce style psychélectropical foutraque qui sonne comme un 33 tours gondolé, légèrement dissonant mais étrangement envoûtant, et surtout drôle. Signé chez Soundway, le one-man band de Bogota s’est étoffé de 4 membres supplémentaires avec Maria Valencia (saxophone, clarinette, percussions, clavier), Damian Ponce (percussions), Cesar Quevedo (basse) et Alejandro Forero (machines, synthétiseur), et a ajouté depuis quelque temps déjà l’Europe à ses routings de tournée pour notre plus grand bonheur.

« Salsa Caliente », extrait de l’album de 2012 « Desesperanza », est une salsa passée au tamis  électro d’un esprit facétieux. On l’imagine bien comme musique d’ambiance dans la salle d’attente de l’au-delà de « Beetlejuice », ce morceau évoque le même univers étrange et hilarant avec ses voix filtrées et ses synthés de mauvais goût. Intéressant et bizarre

initiales-fond-noir-300x300px-1